samedi 5 avril 2008

Le pharmacien fut incapable de prendre son évolution en main

Hier soir, Michel-Edouard Leclerc diffusa cette publicité...



Je dois avouer qu'elle est très bien faite! Contrairement à toutes ces attaques passées, il ne met plus en cause la compétence du pharmacien. En effet, dans les années 90, monsieur Leclerc avait envoyé quelques huissiers dans les officines fin de montrer au monde notre incompétence; il s'y ait toujours cassé les dents. Cette fois, il dénonce les prix de médicaments déremboursés. Pour prendre l'exemple de la pharmacie où je travaille (pharmacie de quartier), sur l'ensemble des veinotoniques qui furent déremboursés, nous n'avons pû maintenir le prix que pour deux références. Je suis par conséquent bien désolé de constaté qu'il pourra, lui, maintenir le prix de toutes les spécialités.

Je note également une chose: il ne fait référence qu'aux médicaments non listés (sans-ordonnances). En effet, les médicaments sur prescriptions médicales ne l'intéressent guère pour le moment: trop d'emmerdes. Il préfera vraissemblablement investir dans nos officines (quand la loi l'y autorisera) lui permettant ainsi de récupérer les capitaux qu'il n'a pas encore mais sans les inconvénients (la gestion des médicaments rares, les avances faites aux patients, les interactions, et les procès qui se multiplient). Car oui, ne nouos y trompons pas, il veut notre pognon. Une officine moyenne en france, c'est 1 100 000 euros de chiffre d'affaire dont 15% correspondent aux médicaments non listés. Cà fait donc 165 000 euros. Vous multipliez çà 23 400 (le nombre de pharmacies en France). Et vous obtenez 3 861 000 000 euros que les financiers convoitent. Soit, ils le veulent; ils l'auront.

Je n'ai pas envie de tomber dans un combat d'arrière garde. Je regrette juste que les pharmaciens n'ont pas été suffisament intelligents pour prendre en mains l'évolution de leur profession. Car vous verrez, notre métier va considérablement évoluer en se recentrant sur nos compétences... grâce aux financiers. Pourquoi? Parce qu'on ne fera plus de gestion! Qu'est-cequ'ils m'énervent ces pharmaciens qui ne sont capables que de parler des rejets de factures par les mutuelles ou l'Assurance Maladie! Qu'est-ce qu'ils m'énervent ces pharmaciens qui se cachent derrière la Sécu; le pompon fut avec le tiers payant contre génériques!

Le pharmacien prescripteur (bien que ce ne soit pas l'orientation que je souhaite), le pharmacien clinicien et le pharmacien éducateur thérapeutique vont être les trois nouveaux axes de notre profession. Axes que nous avons volontairement délaissés pour nous cacher derrière nos tiroirs-caisses. Axes que nous allons retrouver parce qu'on nous aura pris nos tiroirs-caisses.

Aucun commentaire: