mardi 8 avril 2008

Les pharmaciens plus performants que les grandes surfaces

Dans la série "çà ne mange pas de pain", voici la réaction de l'Union des Syndicats de Pharmaciens d'Officine.

Les pharmaciens plus performants que les grandes surfaces.

Marges arrière:
Après l'application de la loi Chatel du 3 janvier 2008, nous pouvons constater deux attitudes complètement opposées:

- dans le circuit pharmaceutique: la suppression des marges arrières se traduit par une baisse des prix des médicaments au premier semestre 2008: 120 millions d'euros sont ainsi économisés et rendus par les pharmaciens en baisse de prix au bénéfices des patients.

- dans la Grande Distribution: le même mécanisme aurait dû se traduire par une baisse du prix du caddie de la ménagère de 15%. Au contraire, les consommateurs voient les prix augmenter. Où est passé l'argent des marges arrière dans les grandes surfaces?

Pouvoir d'achat:
Les prix des 100 premiers médicaments d médication officinale ont augmentés seulement de 1% en 4 ans. Dommage que les grandes surfaces ne soient pas aussi performantes pour défendre le pouvoir d'achat des Français!
Dans une communication qui s'apparente plus à de la diversion, M. Leclerc promet des baisses de prix sur des produits qu'il n'est pas autoriser à distribuer, pour mieux dissimuler les augmentations de prix sur des produits dont il a aujourd'hui quasiment le monopole.

Les pharmaciens se sont engagés:
- A la transparence et à la baisse des prix sur les médicaments conseils
- A mettre en place, avec les Pouvoirs Publics, un Observatoire des prix
- A renforcer le conseil pharmaceutique sur ces médicaments
- A freiner la surconsommation de médicaments


Les pharmaciens proposent l'organisation du parcours de soins de première intention dans l'intérêt de la santé publique et des patients, et une meilleure visibilité sur les prix dans l'espace conseil de la pharmacie.
Les mesures préconisées par la commission Attali, qui suivaient les propositions prônées par M. Leclerc, ont été clairement balayées par le Président de la République.
Nous considérons donc aujourd'hui que M. Leclerc est définitevement disqualifié pour parler de Santé.


Communiqué de presse de l'USPO

Aucun commentaire: