mercredi 11 février 2009

Devoir de refus de dispenser un médicament

Ce billet nait, une fois n'est pas coutume, d'un conflit lors d'une conversation avec des amis pharmaciens. Deux blocs s'affrontaient sur le fait de savoir si les pharmaciens avaient le devoir (et le droit) de refuser de délivrer un médicament si ils jugeaient qu'il est nuisible à la santé du patient - ie. interactions contre-indiquées absolues ou relatives, associations déconseillées, contre-indications - alors que le médecin, contacté, maintenait sa prescription.

Voilà la réponse du Code de Santé Publique:
"Lorsque l'intérêt de la santé du patient lui paraît l'exiger, le pharmacien doit refuser de dispenser un médicament. Si ce médicament est prescrit sur une ordonnance, le pharmacien doit informer immédiatement le prescripteur de son refus et le mentionner sur l'ordonnance."*


*Article R4235-61 du Code de Santé Publique

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Mon pharmacien vient de refuser de me donner du stilnox pourtant mentionné sur l'ordonnance de renouvellement de mon cardiologue sous-prétexte que ce médicament ne doit pas être prescrit plus de 4 semaines consécutives. Le comble ? Je pouvais néanmoins l'acheter à part....
Question : Etait-il en droit de me refuser un médicament prescrit par un docteur ?

Anonyme a dit…

Tout à fait il était non seulement en droit de le faire, mais c'est même une obligation légale.
Cette classe de médicament ne devrait jamais être prescrite pour plus de 4 semaines sans quoi un phénomène de tolérance ("dépendance") s'installe tres rapidement. Non seulement vous deviendriez dépendante à ce traitement, mais de plus son efficacité diminuerai fortement au cours du temps ... Le résultat final serait: Besoin physique de prendre le médicament, pour aucune activité.
Le Stilnox est un médicament efficace pour compenser un problème d'insomnie passagère !! J'insiste sur le "passagère"... Pour les insomnies chroniques il fait bien plus de mal que de bien (particulièrement en France où les médecin ont tendance à prescrire cela comme du Doliprane, et les patients à manger ces "C..." comme des bonbons) .